19 Novembre 2020 • Etude • Etude

Note d’expertise

Intégration du genre dans les projets EAH

La Coalition Eau a réalisé une note d’expertise de ses ONG sur les  enjeux de l’intégration du genre dans les projets d’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène.

Particulièrement vulnérables aux déficiences des systèmes d’accès à l’eau et à l’assainissement, les femmes mettent en place des solutions efficaces et adaptées pour répondre aux difficultés et aux contraintes et améliorer la vie quotidienne de leurs communautés. Leur parole est pourtant insuffisamment prise en compte dans l’élaboration des politiques de l’eau et de l’assainissement et, même efficaces, leurs initiatives ne sont que rarement identifiées, leur savoir-faire est peu valorisé et leurs bonnes pratiques ne sont pas suffisamment répliquées.

Le secteur de l’eau et de l’assainissement peut contribuer à la lutte contre les inégalités et avoir un impact positif sur le statut social, politique et économique des femmes et des minorités sexuelles et de genre, tout en améliorant l’efficacité de ses dispositifs. Cela nécessite de mettre à disposition des acteurs et actrices de terrain des instruments de diagnostic et d’analyse, dans la conception même des projets, ainsi que des mécanismes inclusifs de sensibilisation et de participation.

Cette note d’expertise, réalisée à partir de l’expérience de WECF France, du Gret et de Kynarou, met en lumière des expériences positives et propose des recommandations pour permettre aux acteurs et actrices de ce secteur d’enclencher le changement pour plus d’égalité.

Cette note est un premier travail d’expertise des ONG du secteur eau et assainissement.

Celui-ci a vocation à être renforcé et s’approfondir. Pour cette première note, le choix a été fait d’aborder la problématique genre sous l’angle principal de la distinction des rôles femmes/hommes dans les projets d’accès à l’eau et à l’assainissement. En effet, les femmes sont les premières utilisatrices des systèmes d’eau et d’assainissement et sont concernées au premier chef. La faible prise en compte de la vulnérabilité des femmes en termes d’EAH et leur sous-représentation dans les instances décisionnelles des infrastructures liées sont encore très répandues et nécessitent de la sensibilisation et du renforcement de compétences.

L’approche genre intègre également la problématique des minorités sexuelles et de genre. Ce sujet est abordé ici dans une approche intersectionnelle qui tient compte des facteurs de vulnérabilité et de discrimination, avec une attention particulière portée aux personnes victimes de violence, d’exclusion et de grande précarité en matière d’accès à l’eau et à l’assainissement.

Téléchargement