29 July 2020

Municipales et eau

Quels engagements des maires de France pour le droit à l’eau et à l’assainissement ?

Quels engagements des maires de France pour le droit à l’eau et à l’assainissement ?

Alors que les nouvelles équipes municipales élues ont désormais commencé leur mandat, le bilan concernant les élu.e.s engagé.e.s pour le droit à l’eau et à l’assainissement est très positif. Au total, 152 élu.e.s municipaux, en métropole et d’Outre-Mer, ont signé le Manifest’eau et  portent  des propositions en faveur de l’accès à l’eau. Parmi eux :

  • 52 maires : Bordeaux, Tours, Poitiers, Lyon, Grenoble, Lille, Rennes, etc.
  • 1 président de Métropole (Lyon)
  • 77 conseillères et conseillers municipaux : Les Trois Ilets, Bourges, Mérignac, Paris…
  • 22 conseillères et conseillers d’opposition : Saint-Etienne, Montreuil, Annemasse, Antibes…

Une carte interactive accessible sur le site de la campagne « L’eau est un droit ! » permet d’identifier quels/quelles élu.e.s ont signé le Manifest’eau.

Une première analyse des programme des candidat.e.s aux élections municipales avaient été réalisée avant le 2nd tour (pour les candidat.e.s de Marseille, Bordeaux, Montpellier, Paris et Toulouse). Une deuxième analyse post-élections, sur un périmètre plus large (15 villes métropolitaines) a été réalisée afin d’identifier quelles mesures portées par les maires de ces villes répondent aux engagements du Manifest’eau.

Bordeaux

Dans son programme, la liste menée par Pierre Hurmic, Bordeaux Respire, intègre  de nombreuses propositions du Manifest’eau et l’eau y tient une place centrale. De nombreuses infrastructures publiques d’eau sont proposées et pensées pour être accessibles aux populations précaires. Pierre Hurmic propose également de participer à la réalisation des ODD en renforçant le financement des projets d’eau et d’assainissement de la coopération décentralisée. Afin de compléter les engagements déjà existants et de prendre en compte toutes les recommandations du Manifest’eau, le renforcement de la participation et l’inclusion de tous les acteurs et de toutes les actrices pour des solutions pérennes en matière de gestion de l’eau devraient être intégrées.

Pierre Hurmic a signé le Manifest’eau.

Brest

François Cuillandre, maire de Brest et tête de liste de « Brest au Cœur ! » a peu considéré l’eau dans son programme. Néanmoins, il s’est engagé à mettre en place un dispositif de chèque eau à destination des personnes les plus précaires, en suivant le dispositif de tarification sociale expérimenté depuis 2018. Les autres recommandations du Manifest’eau doivent être insérées dans le programme de François Cuillandre afin d’œuvrer à l’accès à l’eau et à l’assainissement.

François Cuillandre n’a pas signé le Manifest’eau.

Calais

Nathalie Bouchart n’a pas intégré de propositions en faveur de l’accès à l’eau et à l’assainissement dans son programme.

Nathalie Bouchart n’a pas signé le Manifest’eau.

Dijon

François Rebsamen, maire de Dijon, a intégré plusieurs mesures en faveur d’un accès à l’eau pour toutes et tous dans son programme. Afin de suivre les recommandations du Manifest’eau, la participation citoyenne en matière d’eau et d’assainissement doit être renforcée à Dijon. De plus, la coopération décentralisée, notamment la solidarité décentralisée pour des projets d’eau et d’assainissement, doit être mise en place durant ce mandat.

François Rebsamen n’a pas signé le Manifest’eau.

Grande-Synthe

Dans son programme, Martial Beyaert ne mentionne pas les enjeux de l’accès à l’eau et à l’assainissement. Les recommandations du Manifest’eau doivent être intégrées dans son projet afin de faire de ce droit humain une réalité à Grande-Synthe.

Martial Beyaert n’a pas signé le Manifest’eau.

Grenoble

Éric Piolle, tête de liste de Grenoble en commun, a été réélu maire de Grenoble. Dans son programme, plusieurs recommandations du Manifest’eau ont été intégrées (tarification sociale et fontaines à eau). Néanmoins, la question des infrastructures publiques, notamment des sanitaires et des douches publiques, devrait aussi être considérée. Par ailleurs, même si la coopération décentralisée fait partie du projet d’Éric Piolle, des financements orientés sur des projets d‘accès à l’eau et à l’assainissement pourraient être développés, via le dispositif du 1% solidaire eau.

Éric Piolle a signé le Manifest’eau.

Lille

Le programme de Martine Aubry ne comporte que peu d’entrées en matière d’accès à l’eau et à l’assainissement. Davantage d’infrastructures publiques doivent être proposées. Par ailleurs, il est essentiel d’instaurer une tarification sociale de l’eau pour que tous et toutes puissent payer leur facture. Enfin, la coopération décentralisée doit être intégrée au programme, notamment via le dispositif du 1% solidaire eau.

Martine Aubry a signé le Manifest’eau.

Marseille

Michèle Rubirola a intégré de nombreuses propositions pour l’amélioration de l’accès à l’eau et à l’assainissement à Marseille : tarification sociale de l’eau, restauration du cycle de l’eau et création d’îlots de fraicheur, accès à l’eau pour toutes et tous… Les propositions sont variées et nombreuses dans le programme du Printemps Marseillais. Néanmoins, la coopération décentralisée doit être intégrée à ces propositions via le dispositif du 1% solidaire eau.

Michèle Rubirola n’a pas signé le Manifest’eau.

Montpellier

La liste Montpellier Unie menée par Michaël Delafosse propose d’instaurer les trois premiers mètres cubes d’eau gratuits et de désimperméabiliser les sols pour permettre l’infiltration de l’eau de pluie. D’autres mesures peuvent encore être développées et intégrées à son programme afin d’améliorer la qualité de vie des Montpelliérains et Montpelliéraines, sans oublier les personnes les plus précaires.

Michaël Delafosse n’a pas signé le Manifest’eau.

Nantes

La maire de Nantes, Johanna Rolland, intègre peu de propositions en faveur d’un accès à l’eau et à l’assainissement dans son programme. La coopération décentralisée est mentionnée à travers l’augmentation de l’aide d’urgence. Pour agir en faveur du droit à l’eau et à l’assainissement à l’international, des financements de solidarité décentralisée pour l’eau et l’assainissement, notamment via le dispositif du 1% solidaire eau, doivent être débloqués. Par ailleurs, l’installation d’infrastructures publiques d’eau et d’assainissement et le renforcement de la participation citoyenne sont des points essentiels pour faire de l’accès à l’eau une réalité pour toute la population.

Johanna Rolland n’a pas signé le Manifest’eau.

Nice

Christian Estrosi doit intégrer davantage de mesures du Manifest’eau dans son programme. Durant son mandat, il faudra installer des infrastructures publiques d’eau et d’assainissement, renforcer la participation citoyenne en matière d’accès à l’eau et œuvrer pour la solidarité décentralisée, notamment grâce au dispositif du 1% solidaire eau.

Christian Estrosi n’a pas signé le Manifest’eau.

Paris

Anne Hidalgo, réélue maire de Paris (fusion de la liste « Paris en Commun » et « l’Ecologie pour Paris », qui regroupe l’ancienne liste EELV de David Belliard et la liste PS d’Anne Hidalgo), propose de nombreux aménagements urbains intégrant des points d’eau ainsi que la création de nouvelles fontaines d’eau publiques. Anne Hidalgo propose également de lutter contre la chaleur en ville en aménageant l’espace urbain et en ramenant des espaces verts et des îlots de fraicheur. Son programme doit être étoffé en matière d’accès à l’eau et à l’assainissement, en proposant davantage de toilettes et de bains publics et gratuits, et doit aller plus loin en matière de  tarification sociale de l’eau. Un renforcement de la participation et de l’inclusion des citoyens et des citoyennes dans la gestion de l’eau est recommandé ainsi que l’augmentation des financements dédiés à la solidarité décentralisée pour l’eau et l’assainissement via le dispositif du 1% solidaire-eau.

Anne Hidalgo n’a pas signé le Manifest’eau.

Rennes

Le programme de Nathalie Appéré, maire de Rennes, intègre la majorité des recommandations du Manifest’eau. Il faudra néanmoins l’étoffer en matière d’installations publiques en installant des fontaines à eau potable, des bains douches et toilettes publics.

Nathalie Appéré a signé le Manifest’eau.

Saint-Etienne

Réélu maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau n’intègre aucune des recommandations du Manifest’eau dans son programme. Les recommandations du Manifest’eau en matière de tarification sociale, d’infrastructures publiques, de participation citoyenne et de solidarité décentralisée doivent être mises en œuvre pour permettre de faire de l’accès à l’eau et à l’assainissement une réalité pour toute la population.

Gaël Perdriau n’a pas signé le Manifest’eau.

Tours

Le maire de Tours, Emmanuel Denis, doit intégrer davantage de mesures du Manifest’eau dans son programme. Il sera nécessaire de favoriser les installations publiques d’eau et d’assainissement et de développer des projets de coopération décentralisée en faveur de l’accès à l’eau et à l’assainissement, notamment via le dispositif du 1% solidaire eau. Concernant la participation citoyenne, le programme d’Emmanuel Denis propose d’impliquer davantage les habitant.es dans les processus décisionnels. Cette proposition devra être étendue aux processus de gestion de l’eau afin de garantir la participation de toute la population.

Emmanuel Denis a signé le Manifest’eau.

Toulouse

Jean-Luc Moudenc, réélu maire de Toulouse avec sa liste « Aimer Toulouse », ne fait aucune mention des enjeux d’accès à l’eau et l’assainissement dans son programme. Il conviendra d’intégrer les recommandations du Manifest’eau afin de répondre aux exigences d’un accès à l’eau et à l’assainissement pour toutes et tous.

Jean-Luc Moudenc n’a pas signé le Manifest’eau.

Download

More information