16 June 2020

Campagne “l’eau est un droit!”

Municipales et eau : quels engagements des candidat.e.s ?

Municipales et eau : quels engagements des candidat.e.s ?

La place de l’accès à l’eau et à l’assainissement dans les programmes des candidat.e.s aux municipales

A l’approche du 2nd tour des élections municipales qui aura lieu le dimanche 28 juin, les programmes des candidates et candidats de cinq villes du territoire métropolitain ont été analysés afin d’identifier quelle place est donnée aux enjeux d’accès à l’eau et à l’assainissement.

Les 5 villes étudiées sont celles suivies dans le cadre de l’Observatoire du droit humain à l’eau et à l’assainissement: Bordeaux, Marseille, Montpellier, Paris, Toulouse. Cette analyse complétera les diagnostics déjà réalisés dans les villes et permettra de mieux orienter les recommandations pour que les droits à l’eau et à l’assainissement soient réellement effectifs pour toutes et tous.

L’analyse des différents programmes s’attache à détailler les propositions des candidat.es faisant référence à l’eau et à l’assainissement (en France et à l’international) et de voir si celles-ci sont alignées avec les 5 mesures clés proposées dans le Manifest’eau porté par la campagne « L’eau est un droit ! ». Pour chaque ville, un tableau de synthèse évalue la prise en compte ou non des recommandations du Manifest’eau par les candidat.e.s dans leurs engagements pour l’eau et à l’assainissement. Un document d’analyse complet est également disponible ici.

Bordeaux

La liste de Nicolas Florian, Union pour Bordeaux, propose d’augmenter le nombre de toilettes publiques à Bordeaux et de préserver la ressource en eau, notamment via l’installation de récupérateurs d’eau de pluie. Néanmoins, son programme n’intègre pas suffisamment les droits à l’eau et à l’assainissement et ne suit qu’une seule recommandation du Manifest’eau.

Bordeaux Respire, la liste menée par Pierre Hurmic intègre quant à elle de nombreuses propositions du Manifest’eau dans son programme et l’eau y tient une place centrale. De nombreuses infrastructures publiques d’eau sont proposées et pensées pour être accessibles aux populations précaires. Pierre Hurmic propose également de participer à la réalisation des ODD en renforçant le financement des projets d’eau et d’assainissement de la coopération décentralisée. Afin de compléter les engagements déjà existants et de prendre en compte toutes les recommandations du Manifest’eau, le renforcement de la participation et l’inclusion de tous les acteurs et de toutes les actrices pour des solutions pérennes en matière de gestion de l’eau devraient être intégrées.

Le troisième candidat, Philippe Poutou, tête de liste de Bordeaux en lutte, a intégré la majorité des recommandations du Manifest’eau à son programme. Il propose d’instaurer un volume d’eau gratuit par habitant et de créer des points d’accueil pour les personnes en situation de précarité où les services essentiels seront accessibles. Pour compléter ces mesures, il est proposé que des infrastructures d’eau et d’assainsisement soient installées et rendues gratuites dans l’espace urbain. Des financements pour la solidarité décentralisée doivent également être augmentés afin de prendre en compte les enjeux d’accès à l’eau et à l’assainissement à l’international.

Marseille

Le candidat à la mairie de Marseille Bruno Gilles, tête de liste Ensemble pour Marseille, n’a intégré aucun engagement en faveur des droits  à l’eau et à l’assainissement dans son programme. Il conviendra d’intégrer des mesures du Manifest’eau pour favoriser l’accès à l’eau de toutes et tous à Marseille et d’améliorer les conditions de vie des populations les plus précaires.

Michèle Rubirola a elle intégré de nombreuses propositions pour l’amélioration de l’accès à l’eau et à l’assainissement à Marseille : tarification sociale de l’eau, changement climatique, accès à l’eau pour toutes et tous… Les propositions sont variées et nombreuses dans le programme du Printemps Marseillais. Néanmoins, la coopération décentralisée doit être intégrée à ces propositions via le dispositif du 1% solidaire eau par exemple.

Martine Vassal propose de développer les fontaines publiques et les toilettes publiques. Cependant, sa proposition concernant l’installation de douche publique accessibles aux personnes à mobilité réduite, à la plage ou dans les gymnases, ne correspond pas totalement à la recommandation du Manifest’eau. Pour atteindre les objectifs du Manifest’eau, plus de douches publiques et gratuites devraient être installées à Marseille et être accessibles à toutes et tous, y compris les populations les plus vulnérables.  Le programme de la liste Une volonté pour Marseille doit d’avantage intégrer l’accès à l’eau et à l’assainissement dans son projet. Des solutions doivent être proposées en matière de tarification sociale de l’eau, les financements pour la solidarité internationale, via notamment le dispositif du 1% solidaire eau, doivent être poursuivis par la municipalité. Le renforcement de la participation et de l’inclusion des citoyens dans la gestion du service publique d’eau doit être mis en place.

Montpellier

La proposition de Mohed Altrad de la liste Le cœur et l’action, de baisser le prix de l’eau de 15 à 20% est positive car elle facilite l’accès financier à l’eau potable. Cela va dans le bon sens pour rendre accessible et abordable l’eau potable, y compris pour les foyers les plus précaires. Il serait nécessaire d’ajouter à son programme des propositions concernant l’ouverture de toilettes et de douches publiques dans la ville, pour que ces infrastructures d’eau et d’assainissement soient disponibles à Montpellier.

La liste Montpellier Unie menée par Michaël Delafosse ne propose que d’instaurer les trois premiers mètres cubes d’eau gratuits et de désimperméabiliser les sols pour permettre l’infiltration de l’eau de pluie. Ces propositions ne sont pas suffisantes par rapport à la situation à Montpellier. D’autres mesures peuvent être intégrées à son programme afin d’améliorer la qualité de vie des Montpelliérains et Montpelliéraines, sans oublier les personnes les plus précaires.

Philippe Saurel, maire de Montpellier et candidat à sa réélection avec la liste Montpellier la Citoyenne, propose le même projet que Michaël Delafosse en matière de tarification sociale de l’eau et de désimperméabilisation des sols. Plusieurs recommandations du Manifest’eau doivent encore être intégrées à ce programme. Remettre l’eau au cœur des villes est un enjeu important, notamment à travers l’installation d’infrastructures d’eau publiques et gratuites, ainsi que le renforcement de financements des projets d’eau et d’assainissement en coopération décentralisée.

Paris

Le programme d’Agnès Buzyn, candidate tête de liste de Ensemble pour Paris, ne comprend qu’une seule entrée concernant l’accès à l’eau avec la création de trames d’eau dans l’espace urbain. Cette proposition est effectivement incontournable d’un point de vue environnemental pour lutter contre les effets du changement climatique en ville.  En revanche, il est également nécessaire de compléter cette mesure par des installations d’eau et sanitaires afin de répondre aux besoins des personnes précaires vivant à Paris sans un accès physique et permanant à l’eau et à l’assainissement. Il est important d’intégrer des propositions pour que toutes et tous aient accès à ce droit humain.

Rachida Dati ne fait aucun mention de des enjeux d’accès à l’eau et à l’assainissement dans son programme. Il conviendra d’intégrer les recommandations du Manifest’eau afin de répondre aux exigences d’un accès à l’eau pour toutes et tous..

Anne Hidalgo, candidate de la liste de fusion Paris en Commun et l’Ecologie pour Paris, qui regroupe l’ancienne liste EELV de David Belliard et la liste PS d’Anne Hidalgo, propose de nombreux aménagements urbains intégrant des points d’eau ainsi que la création de fontaines publiques. Anne Hidalgo propose de lutter contre la chaleur en ville, notamment en aménageant l’espace urbain et en ramenant des espaces verts et des îlots de fraicheur. Son programme doit être étoffé en matière d’accès à l’eau et à l’assainissement, en proposant davantage d’infrastructures d’eau publiques et gratuites et d’aller plus loin en matière de  tarification sociale de l’eau. Un renforcement de la participation et de l’inclusion des citoyens dans la gestion de l’eau est également recommandé ainsi que le renforcement et l’augmentation des financements dédiés à la solidarité internationale pour l’eau et l’assainissement via le dispositif du 1% solidaire-eau.

Toulouse

Antoine Maurice, tête de liste d’Archipel Citoyen propose de nombreuses entrées concernant l’accès à l’eau dans son programme. Il conviendrait principalement de renforcer la participation citoyenne et d’inclure tous les acteurs et toutes les actrices pour une gestion de l’eau transparente. Enfin, les financements de la coopération décentralisée font partie du programme d’Antoine Maurice mais il serait nécessaire de mentionner un engagement en faveur des projets de solidarité décentralisée pour l’eau et l’assainissement, notamment via le dispositif du 1% solidaire eau.

Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et candidat à sa réélection avec la liste Aimer Toulouse ne fait aucune mention aux enjeux d’accès à  l’eau et l’assainissement dans son programme. Il conviendra d’intégrer les recommandations du Manifest’eau afin de répondre aux exigences d’un accès à l’eau pour toutes et tous.

Pour aller plus loin :

  • Retrouvez le document complet d’analyse des programmes des candidat.e.s : ici
  • Visitez la page de l’Observatoire des droits à l’eau et à l’assainissement : ici
  • Pour interpeller vos candidat.es, plus d’informations ici

Download

More information